Menu
 

IMG 8951Dans le cadre du projet Prix Imaginales des Lycéens 2017, une sortie au Festival Imaginales a été organisée le jeudi 18 mai. Accompagnés par 2 professeurs, 47 élèves du lycée, de la Seconde à la Terminale, ont donc fait le déplacement à Épinal afin de découvrir un Festival pas comme les autres !

Devenues au fil du temps l’un des premiers salons internationaux de littérature d'imaginaire, les Imaginales avaient pour thème cette année « Destinations ». Au programme : expositions, jeux, conférences, stands, tables-rondes, cafés littéraires et animations de toutes sortes, le tout dans un cadre idyllique au bord de la Moselle.

Lire la suite...

DSC 0439Rencontre avec un poète

Les élèves de 110 STMG ont rencontré le poète Franck Doyen dans le cadre d’un partenariat avec l’Ami Littéraire, ils ont échangé durant 2 heures avec le poète et la semaine suivante, ils ont écrit, accompagnés par Franck et leurs enseignantes.

Voici la lettre rédigée à son attention par Ashley Ruh :

Lettre à Franck

C’était un jeudi, deux heures de poésie
Je ne voulais pas, je n’avais pas très envie
En avant donc pour vous rencontrer
Grâce à cet échange, les idées reçues dans ma tête se sont envolées

Lire la suite...

image1Vendredi 20 Janvier 2017, les classes de 1°6 S et seconde 10 ont rencontré Marcus Malte, lauréat du prix Femina 2016 pour son roman Le Garçon.Marcus Malte, né le 30 décembre 1967, à La Seyne-sur-Mer, est un romancier, nouvelliste auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages. Il commence à écrire dès l’âge de 11 ans et suivra des études cinématographiques.Selon lui, pour être écrivain, « il n’est pas obligatoire de suivre des études littéraires, tout le monde peut écrire des livres ».
Des lycéens de première scientifique ont une la chance de le rencontrer au CDI pendant deux heures au cours desquelles ils ont échangé avec lui sur ses différents ouvrages. Chaque élève avait lu au moins l’un de ses romans / nouvelles.
L’écrivain, très abordable, a donc répondu à divers questions, notamment sur la façon dont il écrit ses romans: « Lorsque je commence à écrire, je ne sais jamais ce que je vais écrire. L’essentiel pour moi est que les sons forment une musique mélodieuse ».

Lire la suite...

eugene ebodeDans le cadre du prix Jean d'Heurs, la classe de 102Es a rencontré jeudi 17 novembre Eugène Ebodé, auteur résidant actuellement sur l’île de Mayotte. Trop éloigné géographiquement pour venir « en chair et en os » c’est par visioconférence que les élèves l’ont questionné sur son roman Souveraine Magnifique (lauréat du prix Jean d’Heurs 2015), roman que les élèves mettent actuellement en scène avec Michael Monnin de la Compagnie Azimuts.
C’est l’histoire d’une rescapée du génocide du Rwanda, Souveraine Magnifique, qui a fui après le massacre de sa famille dont elle a été témoin.

Les élèves ont donc interrogé Eugène Ebodé sur la part de réel dans le roman, la prononciation des noms rwandais, la place du lait tout au long du livre ou l’importance de la vache Doliba, dont Souveraine et Modeste Constellation (le meurtrier de ses parents) ont la charge. Et à la question « pourquoi écrire sur ce massacre ? », l’auteur répond « C’est pour revenir aux vivants que nous racontons cela ».

Lire la suite...

JeandHeurs

philippe MathyLe lundi 7 mars 2016, les élèves de première Littéraire du Lycée Jean Auguste Margueritte ont rencontré Philippe Mathy : poète en résidence à Verdun. L’auteur belge a révélé que ce qui l’inspirait le plus c’était la nature, cela tombe bien, ce n’est pas ce qui manque en Meuse ! L’écrivain, humble, ne se considère pas comme tel mais plutôt comme « quelqu’un qui laisse parler la langue à travers [lui] ». Il a confié aux élèves attentifs, avec simplicité et humour, sa vie de poète, marquée par des rencontres avec des poètes, écrivains et peintres expressionnistes ; notamment Philippe Jaccottet, Claude Roy ou René Char.

« Ce qui est merveilleux ce n’est pas de commencer à écrire, c’est continuer d’écrire. » nous confiait Philippe Mathy. Les années passent mais ne se ressemble pas pour l’auteur, en effet, de la prose il s’est finalement tourné vers la poésie libre. Les thèmes divers et variés accrochent un plus large public : de l’amour au drame et du bonheur à l’amitié ; vraiment Philippe Mathy n’a pas fini d’écrire sur ces sujets intarissables, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs !

Lire la suite...

020Grégoire Delacourt, romancier à succès ( La liste de mes envies , On ne voyait que le bonheur ) est venu au lycée pour échanger avec les élèves qui avaient lu au préalable son dernier ouvrage : Les quatre saisons de l’été où 4 couples de différentes générations vivent leur dernier « amour » sur une plage au Touquet en 1999. Avec une pointe d’humour, il se confie à nous : « le fait que l’on dise que l’amour dure toujours est une connerie, il est fait pour être vécu intensément chaque jour. C’est parce qu’une histoire d’amour ne va pas durer qu’elle dure ». En négociation de droits avec une production américaine pour l’adaptation de La première chose que l’on regarde, l’écriture lui apparait comme une liberté « un livre c’est gratuit, on peut inventer tout ce que l’on veut ».

Lire la suite...

valentine gobyNous avons rencontré, lundi 2 novembre, au lycée, Valentine Goby, l’auteur de Kinderzimmer. En effet, pour ce livre elle a reçu le prix Jean d’Heurs en 2014. Et nous mettons en voix des extraits du roman que nous présenterons le 1er décembre à l’occasion de la remise du prix 2015.

Elle a écrit ce livre car elle s’intéresse beaucoup aux événements de la seconde Guerre Mondiale mais aussi, parce que, lors d’une rencontre avec des survivants du camp de Ravensbrück comme Jean-Claude Passerat, né là-bas et Marie-Jo Chombart de Lauwe, puéricultrice de la Kinderzimmer , elle a eu envie de faire le récit fictif de leur « histoire ». Valentine Goby a écrit ce roman après s’être beaucoup informée sur ce qu’il s’était passé. Le livre nous a énormément plu car il est sincère et sans superflu.

Lire la suite...

De la littérature au lycée

affiche littéraire-01

Logo RESPECTZONE
Aller au haut